Présidentielles: arrêter de faire la gueule

Le premier sentiment qu’on doit à Emmanuel Macron, c’est le soulagement. Il nous a évité le pire, que l’on soit électeur de gauche, de droite, ou même du Front National: l’appauvrissement soudain, peut être définitif, et des contraintes grandissantes à la liberté. Je ne vois pas, à part lui, qui aurait pu l’emporter au second tour face à Mme. Le Pen. Ni M. Mélanchon, autre épouvantail, qui n’aurait jamais récupéré le vote de la droite, ni M.Fillon, trop suspect pour un ralliement des électeurs de gauche.

Au delà du soulagement, vient l’espoir. D’une révolution douce, d’un redémarrage d’une économie libérée, d’une sollicitude pour les plus défavorisés, d’un redressement de l’image de la France en Europe et dans le Monde, d’une refondation de l’Europe. Que ceux qui ne sont pas d’accord sur les moyens lui donnent le droit d’expérimenter. Ne soyons pas butés!

Et puis c’est plutôt rafraîchissant de voir surgir du vieux Pays, entre la doite « la plus bête du monde » et la gauche la plus archaïque, une force nouvelle autour de ce nouveau Président dont on ne peut nier l’intelligence, le courage, le panache, et la jeunesse: acceptons donc d’inscrire la France dans la modernité, et arrêtons de faire la gueule.

Cher Front de Gauche, es-tu républicain?

Toi qui aspires à gouverner notre Pays, en serais tu réduit aujourd’hui à t’aligner sur quelques jeunes agités irresponsables qui ânonnent « ni Le Pen ni Macron »? Et à favoriser par l’abstention ou le vote nul l’arrivée au pouvoir du Loup déguisé en agneau?

Je vais te raconter une histoire. Il n’y a pas si longtemps, dans un Pays de haute civilisation, qui avait connu une grave crise économique, où les communistes luttaient âprement pour les travailleurs, un nommé Goebbels avait convaincu son maître le Grand Loup que pour gagner le pouvoir, il devait colorer son nationalisme d’une belle teinte socialiste. Il écrivit ainsi une belle lettre aux leaders communistes: « Vous et nous nous combattons, mais nous ne sommes pas vraiment ennemis. Nazisme et socialisme, c’est la même chose ». Et profitant de ce que les autres partis rejetaient la jeune République centriste qui n’avait pas encore pu redresser l’économie, le Grand Nazi réussit à se faire nommer chancelier par le vieux Président. Et quand celui-ci mourut, il se fit plébisciter à sa place par…90% des 95% inscrits. Essayons autre chose, s’étaient-ils dit. Sans doute la main des électeurs de gauche avait-elle été un peu forcée, il y avait une milice pour cela. Ensuite? Les leaders de l’opposition arrêtés, les syndicats liquidés, la presse muselée…Enfin, tu connais la suite. Ca te rappelle quelque chose?

Je t’en prie, ne laisse pas passer. Après, c’est trop tard. En cas de malheur, tu ne pourrais pas dire que cette France affreuse n’est pas la tienne.

Présidentielles: la beauté du Diable

Ainsi, Monsieur Dupont-Aignan, ce petit candidat suffisant, a vendu son âme au Diable. C’est son droit, mais il a aussi vendu l’âme de Charles De Gaulle, ce qui est impardonnable. Quel gaulliste était-ce donc, lui qui épouse tout ce que le Général haïssait, Vichy, l’OAS, et tout ce qui réduit la grandeur de la France?

Car, on aura beau parler de diabolisation, Madame Le Pen est bien la patronne dynastique du Front National. Elle porte dans ses gênes l’ADN de Vichy, de l’OAS, du racisme et du révisionnisme, du brutal et de l’étriqué. Dis moi qui sont tes amis, je te dirai qui tu es: en l’occurence les neo-nazis autrichiens, allemands, hollandais…sans parler de son admiration pour Monsieur Trump.

On m’objectera que Dupont-Aignan n’a pas beaucoup d’importance, et que ses soutiens le rejettent déjà. Hélas, la tentation du Diable guette aussi les électeurs de François Fillon, encouragés par  certains cadres des Républicains. Faut-il que la rage les égare à ce point pour qu’ils en arrivent à rejeter leurs propres valeurs. L’Histoire jugera sévèrement les trahisons de soi-même.

Quant à Monsieur Mélanchon, Monsieur Renart, en favorisant le vote blanc qui profite à Madame Le Pen, il espère récupérer, au bout du désastre auquel aboutirait une mandature Le Pen, les 5% d’électeurs du FN qui l’avaient rejoints, et peut être beaucoup plus d’électeurs frontistes. Depuis le pacte germano-soviétique, les extrêmes font leur miel du chaos, et se rejoignent sans rechigner.

Heureusement, je veux y croire, Dieu veille, c’est à dire l’électeur. Il est assez intelligent pour ne pas se jeter de façon impulsive dans une flaque qui l’engloutira comme Gribouille qui ne supportait plus la pluie. A la litanie du « on a tout essayé, essayons autre chose »  un commentateur avisé répondait qu’on n’avait pas encore essayé de se tirer une balle dans le pied. Comme Gérard Philippe dans le film de René Clair « La beauté du Diable », on peut toujours reprendre sa liberté.

 

Météo F.Fillon: Zeus contre Typhon?

La tempête Zeus est bien mal nommée, puisque c’est Zeus, organisateur de l’ordre du monde, qui a vaincu Typhon le dévastateur, militant du chaos. Jean-Pierre Vernant nous conte ce mythe grec dans une langue savoureuse, comment Gaïa la Terre, qui n’a aucune morale, a conçu ce monstre redoutable en s’unissant au Tartare, c’est à dire aux enfers. Il a failli triompher de Zeus, ce Typhon redoutable aux cent bras, aux cent têtes de serpent dardant chacune une langue noire venimeuse, qui n’arrête pas de bouger, de frapper, de mugir. La bataille est terrifiante, elle stupéfie longtemps le monde des dieux et des hommes anxieux d’une perspective catastrophique. A la fin, c’est l’oeil foudroyant de Zeus, avec la lumière qu’il projette, qui l’emporte. La dépouille de Typhon est renvoyée au Tartare, dans les entrailles de la Terre, enseveli sous les énormes blocs de pierre de l’Etna.  D’elle subsistent quelques poussées éruptives du volcan, et, de façon imprévisible, des vents terribles qui ne soufflent jamais dans une seule direction. « Lorsqu’ils s’abattent sur la mer, on n’y voit plus rien, les navires sont perdus ».

Tout cela ne nous rappellerait-il pas un peu l’état de l’opinion mondiale, et tout particulièrement française d’aujourd’hui? Peut être même des Républicains, si volontiers partisans de l’ordre? Dans mon précédent billet « L’huître et les plaideurs », j’évoquais la façon dont le personnage de La Fontaine, Perrin Dandin, vient gober à l’improviste l’huître que se disputaient les plaideurs, fable répétée aux primaires. Le héros va subir dès lors les attaques de Typhon, venues de tous les horizons y compris de son camp. Il manque à périr, il souffre (je rappelais aussi que Jean de La Fontaine portait un cilice). Et voilà que Zeus lance sa foudre et sa lumière, et l’unité, l’ordre se refont. Mais qui est Zeus? Peut être Sarko? François Fillon serait alors Prométhée, le rusé à qui malgré l’appui qu’il lui a apporté dans sa lutte contre les Titans, Zeus fera payer cruellement sa ruse. Enchaîné sur un rocher, l’aigle de Zeus vient chaque jour lui dévorer le foie.

On ne sait si Prométhée l’emportera, et si les dieux survivront. Hélas, le Chaos n’est jamais totalement vaincu.

 

 

 

 

 

 

Primaires: L’huître et les plaideurs

Un jour deux pèlerins sur le sable rencontrent                                                                                         Une huître que le flot y venait d’apporter:                                                                                                  Ils l’avaient des yeux, du doigt ils la montrent;                                                                                       A l’égard de la dent, il fallut contester.                                                                                                       L’un se baissait déja pour amasser la proie;                                                                                             L’autre le pousse, et dit: il est bon de savoir                                                                                                             Qui de nous en aura la joie                                                                                                                Celui qui le premier a pu l’apercevoir                                                                                                         En sera le gobeur; l’autre le verra faire.                                                                                                                      Si par là on juge l’affaire,                                                                                                                Reprit son compagnon, j’ai l’oeil bon, Dieu merci,                                                                                                 Je ne l’ai pas mauvais aussi,                                                                                                           Dit l’autre, et je l’ai vue avant vous, sur ma vie.                                                                                     Eh bien! vous l’avez vue, et moi je l’ai sentie.                                                                                                         Pendant tout ce bel incident,                                                                                                         Perrin Dandin arrive: ils le prennent pour juge,                                                                                       Perrin fort gravement ouvre l’huître, et la gruge,                                                                                                  Nos deux Messieurs le regardant.                                                                                                  Ce repas fait, il dit d’un ton de Président:                                                                                                 Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille                                                                                        Sans dépens, et qu’en paix chacun chez soi s’en aille….

Monsieur de La Fontaine n’est-il pas moderne? Le texte est de 1671, et quelque peu visionnaire. Qui a gobé l’huître des primaires? Celui qui a mené son chemin sans agresser personne, sérieux et pudique. Et qui contre toute attente, a rencontré la sensibilité populaire, qui n’est pas celle des media, ni des conseillers politiques. François Fillon, c’est un peu la revanche des Chouans, la France est toujours un vieux pays de culture catho, et franchement, c’est plus réjouissant que l’Amérique de Trump.

Jean de La Fontaine n’était pas seulement un moraliste, ses fables étaient autant de libelles à l’adresse des puissants, le Roi en particulier. Ses Contes n’ont rien d’austère, il utilise le rire et la licence comme armes révolutionnaires, il précède les Lumières.

Et quand on fit sa toilette mortuaire, on découvrit qu’il portait un cilice, c’est à dire une chemise de crin que les moines portent par pénitence. C’est cet homme-là dont Georges Pompidou, fin lettré, déclarait; « La Fontaine, l’esprit le plus libre, le plus fantaisiste, le plus individualiste qui soit, mais aussi le plus scrupuleux… »

François Fillon lui ressemblerait-il?

 

 

 

 

 

Score de Trump, score d’Hitler

Un candidat notable à notre élection primaire de la Droite et du Centrea déclaré qu’il ne laisserait personne condamner l’élection du Président Trump avec 58 millions de voix, car le peuple a toujours raison. Je ne pense pas qu’il en aurait dit autant le 20 août 1934 à la lecture des résultats du plébiscite d’Hitler à la Présidence du Reich avec 38 millions de voix, et…90% des votants. Ni Mr. Trump ni Le Führer ne sont des héros parce qu’ils ont gagné. Et s’ils ne sont pas tout à fait comparables, espérons que l’avenir nous le confirmera. Ils ont cependant le racisme et la violence en commun.

J’espère aussi que le candidat dont j’ai parlé ne s’aligne pas, et lui seul, sur le Front National pour se féliciter du résultat de l’élection américaine. J’espère aussi qu’il évitera un peu plus qu’il ne l’a fait le populisme électoral, et en tous cas que le peuple français sera méfiant vis à vis de  ce vice politique. Et que les électeurs de la primaire se souviendront dimanche prochain qu’un candidat rejeté par 80% des français ne saurait faire le poids devant le F.N aux présidentielles, compte tenu de l’abstention qu’il déclencherait, et qui a permis l’avènement de Mr. Trump.

LE JOUR DE LA PRESIDENTIELLE  VENU, NE NOUS ABSTENONS JAMAIS.  Ca peut nous paraître douloureux, mais l’héroïsme, c’est douloureux!

Victoire de Trump, défaite des boudeurs

Non, chacun le sait sauf les adeptes du T-Party et les membres du Klu kluxKlan, Mr. Trump n’est pas un héros. Hélas, son adversaire n’était pas une héroïne. C’était une très mauvaise candidate, puisque, avant l’élection , les sondages montraient bien que les américains n’en voulaient pas. Ca ne vous rappelle rien chez nous?

Il y a bien sûr une responsabilité des partis dans la désignation de leur champion. Mais les électeurs sont responsables quand ils s’abstiennent par absence de sympathie, au lieu de s’engager pour barrer la route au danger. Après, il est trop tard, ça ne sert à rien d’aller manifester, surtout si on s’est abstenu.

Or c’est bien l’abstention qui a fait la victoire de Mr. Trump. Lui a mobilisé à fond, c’est normal pour un populiste, puisqu’il promet ce que veulent ses électeurs. Mais ceux qui se déclaraient en faveur de Mme. Clinton ont oublié d’aller voter.
Au bout du compte, seulement 54% des électeurs se sont exprimé. Et celui qui malgré son nouveau masque d’agneau, est un vrai danger pour son pays et pour le monde, a donc été élu par le quart du peuple américain.

Alors, arrêtons le verbiage sur le rejet des élites. Chacun sait bien que le boulanger, le cardiologue, le professeur sont des spécialistes, et qu’il faut des spécialistes pour bien gouverner. On a vu, d’ailleurs, les dégâts causés par la chasse aux élites, dans la Chiine de Mao ou chez les Khmers rouges. Non, le problème quand viendra notre tour, c’est que les partis ne se fassent pas représenter par des personnages dont les français ont clairement dit qu’ils ne les voulaient pas. Et que si par hasard ceux-ci étaient quand même désignés, les électeurs aillent malgré tout voter massivement pour eux pour barrer la route au plus grand danger qui menace la France depuis Vichy.