Primaires: L’huître et les plaideurs

Un jour deux pèlerins sur le sable rencontrent                                                                                         Une huître que le flot y venait d’apporter:                                                                                                  Ils l’avaient des yeux, du doigt ils la montrent;                                                                                       A l’égard de la dent, il fallut contester.                                                                                                       L’un se baissait déja pour amasser la proie;                                                                                             L’autre le pousse, et dit: il est bon de savoir                                                                                                             Qui de nous en aura la joie                                                                                                                Celui qui le premier a pu l’apercevoir                                                                                                         En sera le gobeur; l’autre le verra faire.                                                                                                                      Si par là on juge l’affaire,                                                                                                                Reprit son compagnon, j’ai l’oeil bon, Dieu merci,                                                                                                 Je ne l’ai pas mauvais aussi,                                                                                                           Dit l’autre, et je l’ai vue avant vous, sur ma vie.                                                                                     Eh bien! vous l’avez vue, et moi je l’ai sentie.                                                                                                         Pendant tout ce bel incident,                                                                                                         Perrin Dandin arrive: ils le prennent pour juge,                                                                                       Perrin fort gravement ouvre l’huître, et la gruge,                                                                                                  Nos deux Messieurs le regardant.                                                                                                  Ce repas fait, il dit d’un ton de Président:                                                                                                 Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille                                                                                        Sans dépens, et qu’en paix chacun chez soi s’en aille….

Monsieur de La Fontaine n’est-il pas moderne? Le texte est de 1671, et quelque peu visionnaire. Qui a gobé l’huître des primaires? Celui qui a mené son chemin sans agresser personne, sérieux et pudique. Et qui contre toute attente, a rencontré la sensibilité populaire, qui n’est pas celle des media, ni des conseillers politiques. François Fillon, c’est un peu la revanche des Chouans, la France est toujours un vieux pays de culture catho, et franchement, c’est plus réjouissant que l’Amérique de Trump.

Jean de La Fontaine n’était pas seulement un moraliste, ses fables étaient autant de libelles à l’adresse des puissants, le Roi en particulier. Ses Contes n’ont rien d’austère, il utilise le rire et la licence comme armes révolutionnaires, il précède les Lumières.

Et quand on fit sa toilette mortuaire, on découvrit qu’il portait un cilice, c’est à dire une chemise de crin que les moines portent par pénitence. C’est cet homme-là dont Georges Pompidou, fin lettré, déclarait; « La Fontaine, l’esprit le plus libre, le plus fantaisiste, le plus individualiste qui soit, mais aussi le plus scrupuleux… »

François Fillon lui ressemblerait-il?

 

 

 

 

 

Score de Trump, score d’Hitler

Un candidat notable à notre élection primaire de la Droite et du Centrea déclaré qu’il ne laisserait personne condamner l’élection du Président Trump avec 58 millions de voix, car le peuple a toujours raison. Je ne pense pas qu’il en aurait dit autant le 20 août 1934 à la lecture des résultats du plébiscite d’Hitler à la Présidence du Reich avec 38 millions de voix, et…90% des votants. Ni Mr. Trump ni Le Führer ne sont des héros parce qu’ils ont gagné. Et s’ils ne sont pas tout à fait comparables, espérons que l’avenir nous le confirmera. Ils ont cependant le racisme et la violence en commun.

J’espère aussi que le candidat dont j’ai parlé ne s’aligne pas, et lui seul, sur le Front National pour se féliciter du résultat de l’élection américaine. J’espère aussi qu’il évitera un peu plus qu’il ne l’a fait le populisme électoral, et en tous cas que le peuple français sera méfiant vis à vis de  ce vice politique. Et que les électeurs de la primaire se souviendront dimanche prochain qu’un candidat rejeté par 80% des français ne saurait faire le poids devant le F.N aux présidentielles, compte tenu de l’abstention qu’il déclencherait, et qui a permis l’avènement de Mr. Trump.

LE JOUR DE LA PRESIDENTIELLE  VENU, NE NOUS ABSTENONS JAMAIS.  Ca peut nous paraître douloureux, mais l’héroïsme, c’est douloureux!

Victoire de Trump, défaite des boudeurs

Non, chacun le sait sauf les adeptes du T-Party et les membres du Klu kluxKlan, Mr. Trump n’est pas un héros. Hélas, son adversaire n’était pas une héroïne. C’était une très mauvaise candidate, puisque, avant l’élection , les sondages montraient bien que les américains n’en voulaient pas. Ca ne vous rappelle rien chez nous?

Il y a bien sûr une responsabilité des partis dans la désignation de leur champion. Mais les électeurs sont responsables quand ils s’abstiennent par absence de sympathie, au lieu de s’engager pour barrer la route au danger. Après, il est trop tard, ça ne sert à rien d’aller manifester, surtout si on s’est abstenu.

Or c’est bien l’abstention qui a fait la victoire de Mr. Trump. Lui a mobilisé à fond, c’est normal pour un populiste, puisqu’il promet ce que veulent ses électeurs. Mais ceux qui se déclaraient en faveur de Mme. Clinton ont oublié d’aller voter.
Au bout du compte, seulement 54% des électeurs se sont exprimé. Et celui qui malgré son nouveau masque d’agneau, est un vrai danger pour son pays et pour le monde, a donc été élu par le quart du peuple américain.

Alors, arrêtons le verbiage sur le rejet des élites. Chacun sait bien que le boulanger, le cardiologue, le professeur sont des spécialistes, et qu’il faut des spécialistes pour bien gouverner. On a vu, d’ailleurs, les dégâts causés par la chasse aux élites, dans la Chiine de Mao ou chez les Khmers rouges. Non, le problème quand viendra notre tour, c’est que les partis ne se fassent pas représenter par des personnages dont les français ont clairement dit qu’ils ne les voulaient pas. Et que si par hasard ceux-ci étaient quand même désignés, les électeurs aillent malgré tout voter massivement pour eux pour barrer la route au plus grand danger qui menace la France depuis Vichy.

Histoire de Gaulois

Décidément, l’identité nationale est un sujet glissant. Qui s’y aventure doit avoir été un       élève attentif en classe d’Histoire. Aujourd’hui, contexte électoral oblige, même les cancres ont une opinion affirmée. Après « La France, une nation de race blanche », et « L’Afrique n’a pas d’Histoire », voici que pour être français, il faut hériter des Gaulois.

Pour faire court, les Gaulois étaient des celtes venus des rives du Danube, et avant eux, bien des métissages s’étaient déjà produits. Ensuite, faut-il rappeler la colonisation romaine, dont les descendants peuplent notre midi. Le crocodile des armes de Nîmes n’est autre que l’étendard des légions qui retour d’Egypte ont été installées en Languedoc. Puis sont venus les Wisigoths qui peuplent encore l’Aquitaine, les Alamans en Alsace, et autres Ostrogoths et Vandales qui même s’ils n’ont fait que passer ont bien du laisser quelques traces. Et puis, quand même! Les Francs! qui ont donné leur nom à notre pays .  On n’oubliera pas les arabes, fortement implantés au sud de Poitiers, leur forteresse à La Garde-Freinet qui protège le golfe de Saint Tropez….Ni ces Harkis installés sommairement dans les camps du Gard.

Et oui, n’ayons pas peur du métissage, il est déjà accompli, et notre Histoire est métissée. Conseillons donc à ceux qui parlent imprudemment de se faire faire une analyse A.D.N comparée.

A la recherche de l’héroïsme

Nous vivons une époque où l’affaiblissement des valeurs, des espérances, des fois suscite sans doute un plus grand désir d’épopées, de légendes. Ce besoin instinctif soulève tout u…

Source : A la recherche de l’héroïsme

Jeanne d’Arc? Une migrante…et un Maire de Londres

C’est désolant: nous avons dans nos gênes historiques une héroïne de premier plan, et qui s’en empare, qui la tient en captivité? Ceux-là même qui voudraient pourchasser les migrants…

Or Jeanne, celle qui a rétabli la France, était bien une migrante. Eh oui, elle n’était pas française, mais sujette du Duché de Bar, et appartenait donc à la Maison d’Anjou, dont le Prince René, le bon Roi René, certes pair de France (comme le Duc de Bretagne), était surtout duc de Lorraine, comte de Provence, roi d’Aragon, de Naples et de Sicile.

Jeanne a quitté Domrémy en 1429, et le Duché n’est devenu français qu’en 1479, par un coup de Jarnac de Louis XI.On se souvient des vers de François Villon, évoquant: « Jeanne, la bonne Lorraine – Qu’Anglais brûlèrent à Rouen »

jeanne12

 

Certains historiens considèrent que l’épopée de Jeanne d’Arc a été l’oeuvre d’une autre migrante, Yolande d’Aragon, mère de René d’Anjou, sans doute l’un des plus grands acteurs politiques du Moyen Age français. C’est elle qui avait négocié la succession du Duché de Lorraine pour son fils René. C’est par son influence et celle de sa fille Marie qu’elle avait mariée à Charles VII, que ce roi apathique, piqué au flanc par Jeanne, reprit vigueur et finalement put mettre un terme à la Guerre de Cent ans. Pour parfaire son oeuvre, l’habile Yolande avait aussi mis dans le lit de son gendre l’une de ses dames de cour, la belle Agnès Sorel.

Héros et diplomates, les migrants, quoiqu’en disent les frileux, ont beaucoup à nous apporter. Souhaitons de voir la sagesse d’un migrant, le nouveau Maire de Londres, nous éviter que le Brexit vienne fracturer l’Europe.